Introduction

 

          Le CHOCOLAT ou «  tchocolatl », mot Aztèque, est par définition une pâte de cacao préparée avec du sucre, mélangée ou non avec d'autres produits et consommée sous diverses formes. Le chocolat faisant aujourd'hui partie intégrante de nos vies, il nous semblait important d'en découvrir les processus de fabrication et de connaître les effets qu'il avait sur nous. En effet 97% des Français déclarent manger du chocolat au moins une fois par semaine, mais ils en ignorent bien souvent les processus de fabrication et ses effets. Nous avons donc choisi de nous pencher sur tout cela et en particulier sur les effets du chocolat sur notre santé.

     Il faut savoir que le chocolat à proprement parler, celui que nous consommons aujourd'hui reste une invention assez récente (à peine plus d'un siècle)... Mais déjà les Aztèques eurent l'idée de transformer les fèves de cacao en un breuvage amer aux nombreuses vertus, il n'avait certes pas le bon goût du chocolat que nous mangeons aujourd'hui, ni même un aspect similaire mais on peut cependant considérer  les Aztèques comme des pionniers en matière de chocolat...

     Depuis plus d'un siècle l'industrie du chocolat s'est considérablement développée et l'on est passé de méthodes de fabrication assez archaïques à une fabrication à la pointe de la technologie. Ainsi la production de chocolat a augmenté de 20% en 10ans et l'on produit aujourd'hui 138.000 tonnes de chocolat pour la confiserie, 107.000 tonnes de tablettes de chocolat, 42000 tonnes de pâtes à tartiner et autres produits dérivés et 37000 tonnes de cacao en poudre.

     Notre pays se situe dans une moyenne raisonnable sur le plan de la consommation de chocolat puisqu'elle s'élève environ à 4,9 kilogrammes par an et par personne, mais nous restons cela dit bien loin derrière La Suisse, avec environ 10 kilogrammes de chocolat consommés par an et par personne. La Suisse et la Belgique sont reconnues depuis toujours comme LES références en matière de bon chocolat. Le chocolat ayant toujours été assimilé aux notions de fêtes et de récompenses il est normal de constater un pic de consommation aux moments des fêtes de Noël et pour Pâques...

     Mais aujourd'hui cette tendance tend à s'inverser et la consommation de chocolat n'est plus assimilée seulement à la notion de fêtes et c'est ainsi qu'il est aujourd'hui consommé par toutes les populations, pratiquement partout dans le monde et sous des formes aussi diverses que variées, il est reconnu comme un aliment à part entière dans nos sociétés et fait partie intégrante de nos vies. Il serait même de notoriété publique que le chocolat entraîne des passions dévorantes... Les avis varient d'un extrême à l'autre à son sujet, certains l'idolâtrent et d'autres le rejettent totalement mettant en cause une mystérieuse maladie du foie qui n'existerait apparemment qu'en France, alors même qu'on lui attribue depuis toujours de nombreuses vertus thérapeutiques. Celles-ci sont bien trop souvent oubliées aujourd'hui. C'est ainsi qu'on ne consomme plus seulement le chocolat comme aliment capable de guérir bien des maux mais seulement pour le plaisir qu'il nous apporte et son bon goût. Ses vertus restent cela dit bien présentes...

Saviez-vous qu'une vieille légende circule à propos du chocolat ??Elle a été recueillie par le missionnaire Franciscain Bernardino de Sahagun. Nous l'avons retrouvée...

«Au Mexique, au Xe siècle, autour du village de Tolla, s'étendait un jardin merveilleux, où "le coton poussait déjà teint" et où les épis de maïs étaient si « gros qu'on n'en pouvait faire le tour avec les deux bras ».                                                                                                                                                                                                                                            Dans cette antique cité toltèque régnait Quetzacoatl, le dieu barbu au visage laid et à la tête longue. On disait qu'il possédait toutes les richesses du monde, en or, en argent et en pierres précieuses, et aussi un grand nombre d'arbres de cacao dont il avait appris, à ses vassaux, la culture.                                        .                                                                                                                                                                                                   Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais vint le temps où s'acheva la fortune de Quetzacoatl. Trois sorciers, envieux de leur bonheur et de leur richesse, vinrent à la rencontre de Quetzacoatl. L'un d'eux, le magicien Titlacauan prit la forme d'un vieillard chenu et lui dit:

"Seigneur, je t'apporte un breuvage qui est bon et qui enivre celui qui le boit; il t'attendrira le coeur, te guérira et te fera connaître la route de ton prochain voyage au pays où tu retrouveras la jeunesse".

Quetzacoatl bût, s'enivra et perdit la tête. Il fit brûler toutes ses maisons d'argent et de coquillages, et enterrer ses trésors dans la montagne et dans les lits des rivières. Il transforma les arbres de cacao en une autre espèce qui ne donnait pas de fruits.

Il partit pour le pays où il pensait retrouver la jeunesse, en direction du soleil levant, vers l'est. Il embarqua, paré de plumes, sur un radeau fait de serpents entrelacés, en promettant de revenir un jour, lors d'une année placée sous le signe du roseau. Il rapporterait à son peuple tous les trésors du Paradis. »

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×